Grands projets environnementaux

Contexte Gestion des ressources Sécurité industrielle Energie et climat Grands projets environnementaux Communication avec les riverains et autorités
IntroductionFluorRejets MeuseParticules fines

Le contexte

La chaîne de fabrication d’acides phosphoriques et de sels phosphatés du site d’Engis utilise comme matière première de la roche phosphatée, présente à l’état naturel.

Celle-ci contient, entre autres éléments, du fluor. A différentes étapes de la fabrication de l’acide phosphorique, le fluor peut être présent dans les flux, sous forme de différents composés fluorés.

Le procédé utilisé par PRAYON est conçu pour récupérer le fluor et le valoriser sous forme d’acide fluosilicique (*), co-produit sur la même usine.

Malgré son haut rendement de récupération, le procédé est à l’origine de certaines émissions atmosphériques de composés fluorés gazeux.

(*) L’acide fluosilicique est à son tour utilisé sur le site de Prayon à Puurs (Province d’Anvers) comme matière première pour la fabrication de fluorure de sodium. Un produit que l’on retrouve dans les dentifrices.

La problématique

Introduction

La problématique Fluor impacte la qualité de l’air d’une part, et génère des nuisances et des inconvénients d’autre part.

Cette problématique est prise en charge par un projet majeur appelé « projet fluor ».

La problématique

Qualité de l’air

Le réseau de surveillance de la qualité de l’air de la Région Wallonne dispose de plusieurs stations de mesures, dont celle de la rue du Marly à Engis.
Depuis plus d’une dizaine d’années, les concentrations en fluor totales mesurées dans l’air ambiant sur cette station sont en dépassement récurrent de la valeur guide recommandée par l’Organisation Mondiale Santé (1 µg/m³ moyenne annuelle).
Malgré l’absence d’impact sanitaire, et de normes relatives au fluor dans l’air ambiant, Prayon ne se satisfait pas de cette situation.

Nuisances et inconvénients

Certains composés fluorés, tels que le tétrafluorure de silicium, contiennent du silicium (Si).
Au contact de l’humidité atmosphérique, ces composés peuvent générer, par réaction avec l’eau, de la silice (SiO2).
La silice ne présente aucun danger. Il s’agit par ailleurs d’un constituant du sable. Par contre les dépôts de silice sur les vitres et les murs des bâtiments les plus exposés représentent un réel inconvénient auquel nos installations n’échappent d’ailleurs pas.

Soucieux de l’environnement et de la qualité de vie des habitants d’Engis, Prayon prend ses responsabilités et agit pour remédier à cette situation.

Objectifs du projet

Le projet fluor de PRAYON a pour objectif, à moyen terme, de :

  • Ramener la concentration en fluor mesurée dans l’air ambiant à Engis à une valeur proche de 1 µg/m³ (moyenne annuelle)
  • Réduire les nuisances et les inconvénients liés aux dépôts de silice sur les vitres et bâtiments
Objectifs du projet

Les étapes du projet

Début 2015, mise en place d’un groupe de projet, comprenant des compétences multi-disciplinaires (environnement, process, production, laboratoire,…).

Mise en œuvre d’une démarche en 4 étapes :

  • Identifier les sources
    • Cheminées: sources dites canalisées
    • Autres: sources diffuses
  • Quantifier les émissions et leurs impacts
  • Cibler les sources à traiter
  • Traiter les sources via des investissements pluriannuels
Télécharger le pdf Chaque étape